Cabiria Chomel, réalisatrice sonore, était invitée en 2020. Grâce au soutien de la Communauté de communes Pays de Forcalquier – Montagne de Lure, elle fut accueillie pendant tout le mois de février à la maison Picazio, au Rocher d’Ongles.

Pour son projet « Derrière les collines » elle est allée à la rencontre des habitant·es du pays de Forcalquier.

Biographie

Chercheuse de formation, je me suis intéressée au cours de mes études et lors de mes premières expériences de terrain, à des thématiques sociales dont l’immigration et les luttes paysannes. J’ai vite compris que mon engagement se ferait via l’utilisation d’un medium permettant un type de narration sensible et complexe. En 2011 je pars vivre à Bruxelles où je fais la rencontre de l’ACSR (Atelier de Création Sonore et Radiophonique), la création radiophonique m’apparaît alors comme une évidence, permettant de concilier avantageusement ces différents pôles : engagement social, créativité et subjectivité. C’est au sein de l’Atelier que je me suis formée à la réalisation, à la prise de son et au montage.

Lors de cette résidence à Forcalquier et ses alentours je souhaite partir d’une simple question « qui y a-t-il derrière les collines ? ». Question qui sera posée aux personnes rencontrées durant le temps de la résidence. Cette interrogation devient prétexte au déroulement d’une enquête laissant la place à la fiction et à l’imaginaire. Je considère les oralités et les prosodies comme vecteurs d’une narration en soi. Inspirée par la démarche du réalisateur et compositeur Dominique Petitgand, qui ouvre la voix à tout un pan de l’oralité par la sublimation de simples mots du quotidien, je désire expérimenter cette poétique d’une parole simple, incomplète, parcellaire. Comment quelques mots et une tessiture de voix habilement orchestrés deviennent poème.

 

< Retour aux résidences